IMIS | Flanders Marine Institute
 

Flanders Marine Institute

Platform for marine research

IMIS

Publications | Institutes | Persons | Datasets | Projects | Maps
[ report an error in this record ]basket (0): add | show Printer-friendly version

De broeken van de Ijzer, inzonderheid deze van de Blankaart: regionale studie
Kesteloot, E. (1953). De broeken van de Ijzer, inzonderheid deze van de Blankaart: regionale studie. Natuurwet. Tijdschr. 34(6-7): 144-158, 2 plates
In: Natuurwetenschappelijk Tijdschrift. L. Walschot/Natuur- en Geneeskundige Vennootschap: Gent. ISSN 0770-1748, more
Peer reviewed article  

Available in Author 

Keywords
    Habitat; Marshes; Sediment properties; ANE, Belgium [Marine Regions]; Brackish water

Author  Top 
  • Kesteloot, E., more

Abstract
    Le long de la rive droite de l'Yser, au sud de Dixmude, s'étendent sur une superficie d'environ 2000 ha les prairies, les marais et l'étang du Blankaart.Le paysage : l'origine remonte probablement aux XVIe et XVIIe siècles lors de l'exploitation de la tourbe. L'atterrissement qui a réduit la superficie de l'étang à quelques 72 ha, se présente sous deux aspects : la rive est s'accroît lentement par l'apport de masses considérables de débris végétaux, mais elle est par contre constamment érodée par le clapotis produit par les vents dominants du S.W. La rive ouest est à l'abri et s'accroît plus vite grâce à la progression de la végétation riveraine. Le sol tourbeux et marécageux nécessite l'emploi d'outils spéciaux, propres à la région, ea. pour le creusement et le curage des fossés. Les cours d'eau nombreux sont entretenus par les services des wateringues. Chaque hiver toute la région est inondée. L'homme et le paysage : l'économie se résume à une exploitation essentiellement extensive : la récolte du foin constitue la principale ressource. Le paysage en est marqué par l'absence de toute clôture, d'arbres et de tout autre obstacle. En second lieu la région est aménagée pour la chasse au gibier d'eau (deux canardières et plusieures mares artificielles ou le chasseur se met à l'affût dans un abri souterrain). L'habitat est refoulé au-dessus de la courbe de niveau de 5 m. Les villages s'étirent face à la vallée ou sont situées sur une "tête de pont". Les chemins de communications sont rares : aucun chemin carrossable ne traverse les terres basses parcourues seulement par quelques sentiers. En hiver pour éviter le grand détour par la route les riverains se déplacent en barquette.

All data in IMIS is subject to the VLIZ privacy policy Top | Author