IMIS | Flanders Marine Institute
 

Flanders Marine Institute

Platform for marine research

IMIS

Publications | Institutes | Persons | Datasets | Projects | Maps
[ report an error in this record ]basket (0): add | show Printer-friendly version

Bodem en bewoning in de zeepolders
Ameryckx, J. (1958). Bodem en bewoning in de zeepolders. Natuurwet. Tijdschr. 40(6-7): 176-193, + 7 plates + 1 map
In: Natuurwetenschappelijk Tijdschrift. L. Walschot/Natuur- en Geneeskundige Vennootschap: Gent. ISSN 0770-1748, more
Peer reviewed article  

Available in  Author 

Keywords
    Geology; Habitat; Polders; Sediment properties; Belgium, West-Vlaanderen (Province) [Marine Regions]

Author  Top 
  • Ameryckx, J.

Abstract
    Cet exposé démontre la relation étroite qui existe entre la constitution du sol et l'habitat rural dans les polders maritimes. La géologie. -Les couches superficielles des polders maritimes datent de la transgression dunkerquienne (Subatlantique), dans laquelle on distingue trois phases: D1, D2 et D3A + D3B. Ces sédiments reposent le plus souvent sur de la tourbe (Subboréal). Lors de la transgression, la sédimentation se fait d'une façon sélective : dans les chenaux de marée érodés dans la tourbe se dépose surtout du sable (>50µ), en dehors de ces chenaux sédimentent essentiellement des particules argileuses (0-2µ) sur la tourbe intacte. Après la transgression il y eut une inversion du relief, suite au tassement sélectif des matériaux : la tourbe, recouverte par de l'argile, se tasse fortement formant des cuvettes, les chenaux colmatés par contre restèrent à peu pres à leur niveau originel, se mettant ainsi en relief. Par suite de l'exploitation de la tourbe et de l'argile, beaucoup de depressions artificielles ont été formées. Les paysages. -D'apres leur constitution géologique, déterminant leur âge et leurs caractères morphologiques, on distingue plusieurs paysages: les polders anciens, les polders moyens, les polders récents, les polders historiques d'Ostende et les lacs asséchés (Moëres) . L'habitat rural. Historique. -L'occupation définitive par l'homme de la région poldérienne date d'après la fin de la transgression dunkerquienne 2 (7e-8e siècle). Les premiers occupants s'installèrent sur les "îles" d'argile-sur-tourbe. Suite à l'inversion du relief il y eut migration de l'habitat vers les chenaux colmatés qui s'étaient mis en relief. Pour se protéger contre l'invasion marine dunkerquienne 3, trois digues furent construites : l'ancienne digue de mer du Métier de Furnes, la digue de la Wateringue de Blankenberge et la digue de Blankenberge. Une grande partie de la plaine maritime s'inonda, l'habitat étant détruit et recouvert d'une couche d'argile. Après le 12e siècle cette région fut recolonisée. Les polders de l'embouchure de l'Yser et du Zwin furent endigués petit à petit, permettant l'homme de s'y installer à partir du 13e jusqu'au 19e siècle. Les polders historiques d 'Ostende furent inhabités en partie pendant le 17e et le 18e siècle, ces polders servant de "chasse d'eau" pour le chenal du port d'Ostende. Enfin, quelques lacs (portant le plus souvent le nom de Moëres) furent asséchés au 17e siècle. Emplacement. -La plus grande partie de l'habitat rural est située sur les chenaux colmatés à relief inversé, ceci pour les raisons suivantes : situation élevée et relativement sèche, sous-sol sableux stable, eau phréatique potable. La relation sol/habitat est surtout marquée dans les zones ou l'inversion du relief est nette, c.-à.-d. dans les polders anciens; elle est moins évidente dans les polders moyens. Dans les polders récents les fermes se trouvent le long des digues. Les polders historiques d'Ostende et les lacs asséchés sont caractérisés par une population peu dense. Tout comme les fermes isolées, les agglomérations des communes se trouvent enssentiellement sur des chenaux à relief inversé, les exceptions étant très rares.

All data in IMIS is subject to the VLIZ privacy policy Top | Author