IMIS | Flanders Marine Institute
 

Flanders Marine Institute

Platform for marine research

IMIS

Publications | Institutes | Persons | Datasets | Projects | Maps
[ report an error in this record ]basket (0): add | show Printer-friendly version

Évolution de la diversité des Brissopsis (Echinoida,Spatangoida)en Méditerranée depuis la «crise messinienne »: application paléoécologique aux B. lyrifera intragypses de Sorbas (SE Espagne)
Lacour, D.; Néraudeau, D. (2000). Évolution de la diversité des Brissopsis (Echinoida,Spatangoida)en Méditerranée depuis la «crise messinienne »: application paléoécologique aux B. lyrifera intragypses de Sorbas (SE Espagne). Geodiversitas 22(4): 509-523
In: Geodiversitas. Publications Scientifiques Du Museum: Paris. ISSN 1280-9659, more
Peer reviewed article  

Available in  Authors 

Authors  Top 
  • Lacour, D.
  • Néraudeau, D.

Abstract
    L ’étude de spécimens messiniens, plio-pléistocènes et actuels, appartenant au genre Brissopsis, a permis d ’exposer l’étendue de la variation morphologique du genre, notamment dans les populations méditerranéennes, en suivant la variabilité des deux groupes morphologiques B. gr. atlantica et B. gr. lyrifera du Néogène supérieur au Quaternaire. Il est montré que les deux groupes sont déjà clairement individualisés au début du Messinien et qu ’ils survivent en Méditerranée au Pliocène, puis au Quaternaire sans grandes modifications morphologiques. Les deux groupes ont donc survécu à l ’événement dit “crise de salinité” du Messinien. À ce titre, la présence du groupe B.gr. lyrifera est démontrée dans les marnes et calcaires interstratifiés au sommet des gypses du site de Los Yesos, dans le bassin de Sorbas (SE Espagne). Alors que les B. gr. lyrifera comptent actuellement parmi les spatangues typiques des milieux les plus profonds (circalittoral à bathyal), ils étaient déjà associés, dans le Messinien pré-évaporitique, aux faciès à échinides les plus distaux, dans des bathymétries supérieures à celles où vivaient les Clypeaster et les Schizaster. Tant l’absence de ces deux derniers genres d ’oursins dans les marno-calcaires intragypses que l ’abondance des B. gr. lyrifera dans les mêmes niveaux plaident en faveur du dépôt d ’une partie des gypses sous une tranche d ’eau relativement importante. La persistance à Sorbas de tels organismes, sténohalins et marins, vers la fin de l ’épisode évaporitique, indique des connexions entre le bassin de Sorbas et des zones marines franches pendant cet épisode.

All data in IMIS is subject to the VLIZ privacy policy Top | Authors