IMIS | Flanders Marine Institute
 

Flanders Marine Institute

Platform for marine research

IMIS

Publications | Institutes | Persons | Datasets | Projects | Maps
[ report an error in this record ]basket (0): add | show Printer-friendly version

In situ metabolism of benthic communities
Pamatmat, M.M. (1975). In situ metabolism of benthic communities. Cah. Biol. Mar. 16(5): 613-633
In: Cahiers de Biologie Marine. Station Biologique de Roscoff: Paris. ISSN 0007-9723, more
Peer reviewed article  

Available in Author 

Keyword
    Marine

Author  Top 
  • Pamatmat, M.M.

Abstract
    Etude in situ du métabolisme des communautés benthiques. Il n'existe pas de méthode unique permettant de mesurer le métabolisme d'une communauté benthique de sédiment meuble. Le taux d'oxygène consommé par le sédiment de surface sous-estime d'autant plus le métabolisme communautaire que l'anaérobiose du sédiment sous-jacent prend une importance croissante tout le long de la colonne de sédiment. La calorimétrie directe de la chaleur dégagée par le métabolisme des organismes benthiques en place dans le sédiment peut être faussée par d'autres réactions thermo-chimiques concomittantes inconnues. L'entropie du système sédiment + organismes peut être le siège de poussées étonnamment fortes conduisant à une nette endothermie qui peut masquer complètement la production de chaleur biologique. Bien que tous les organismes emploient le même mécanisme de base pour extraire l'énergie utilisable le long de la chaîne respiratoire par oxydo-réduction, il semble douteux qu'une seule technique d'approche, basée sur des transporteurs ou des accepteurs artificiels d'électrons, puisse déterminer d'une manière également fiable l'activité métabolique de tous les organismes d'une communauté benthique. Le rapport variable entre l'activité de la déshydrogénase — ainsi qu'on la mesure par la réduction du chlorure de 2, 3, 5-triphényltétrazolium — et la concentration d'ATP dans les sédiments, suggère que ni l'ATP, ni la charge d'énergie ne peuvent être utilisés pour l'estimation du taux de métabolisme dans les sédiments. Le taux annuel d'oxygène consommé par la surface du sédiment peut être considéré comme une approximation de la fraction annuelle de matière organique fournie au fond et oxydée au cours d'une année. Dans un bassin sédimentaire, si le taux de sédimentation de la matière organique et l'activité biologique de la communauté benthique dans cette colonne de sédiment sont stables, le métabolisme annuel de la communauté dans cette colonne de sédiment représente alors la fraction totale complètement oxydée chaque année. L'interprétation du métabolisme de la communauté benthique sous l'angle du flux d'énergie à travers le reste de l'écosystème, dépend de l'équilibre sédimentation-érosion du faciès dans lequel se situe la communauté.

All data in IMIS is subject to the VLIZ privacy policy Top | Author